Un texte de Yo, à propos du gabian

Un texte de Yo,

L’œil du gabian

 

Cette maison : baptisée « L’œil du gabian »

(A vrai dire, n’est pas faux con qui veut)

Par sa marraine, l’écrivaine, Françoise Laurent

Reçoit en toute saison pour l’apéritif, tous ceux

De bonne compagnie, plutôt de gauche en général

Pour qui, huîtres, tellines, whisky et vin blanc

Constituent l’ordinaire des vacances, c’est banal.

Point de crimes ici, ni Van Gogh (hélas), ni oreilles

Ne viennent troubler la pêche de Jacqueline,

Yo plante des clous ou lit quelques nouvelles

Françoise tout en haut, tape sur sa machine

Fabien lit son libé en mangeant des Haribo

Y’a pas à dire, quelque fois la vie c’est bien beau !

Le kumquat chou-« chouté » au marc de café

Donne fleurs et fruits tout au long de l’année

La mer est là, si proche, bien qu’elle roule ses galets

Opéra ? Traviatta ? Non, tout simplement bruit :

C’est le chant de Maurice qui nous berce la nuit.

Dans le bleu du ciel, les gabians dansent sous le soleil

Mon œil ! Ils repèrent les bateaux qui rentrent de la pêche

Pour se gaver de restes de poissons et de petites seiches

L’été s’en va, pour oublier, buvons le jus de la treille

Ce n’est qu’un au revoir, la maison va fermer

On se retrouvera tout au long de l’année !

 

Yo – Avril 2012

Date de dernière mise à jour : 11/01/2018

Ajouter un commentaire

 
×